Otarie de Kerguelen

Son : Otarie femelle Son : Otarie mâle Vidéo : Otarie ronchon Vidéo : Otarie avec un petit éléphant de mer Vidéo : Otarie qui se gratouille

OTARIE

 

otarie otarie otarie otarie otarie

 

OTARIE DE KERGUELEN Arctocephalus gazella

DESCRIPTION : Les mâles mesurent 1,85 m et pèsent 140 kg, alors que les femelles sont plus petites (1,30 m et 50 kg). Le pelage est brun-grisâtre et s'éclaircit sur la face ventrale. La crinière des mâles monte jusque sur la tête et, chez les individus de couleur plus sombre, elle prend des reflets argentés. Museau pointu où s'insèrent de longues vibrisses (moustaches sensorielles). Présence de pavillons auriculaires ("oreilles").

HABITAT : Animal pélagique qui vient se reproduire et muer à terre, surtout sur les côtes herbeuses.

DISTRIBUTION SUR KERGUELEN : On en trouve surtout sur la Péninsule Courbet et aux îles Nuageuses. Cette espèce a été redécouverte en 1933 après être portée disparue consécutivement à une chasse intensive. La recolonisation de Kerguelen est due à la population des Iles Nuageuses épargnée par les massacres. Actuellement, sur l'archipel, on estime à 15 000 le nombre d'individus.

NOURRITURE : Elle est majoritairement constituée de poissons (Myctophidés) et de céphalopodes. Certains mâles peuvent occasionnellement manger un manchots. On la connaît en analysant le contenu de leurs excréments ou bien la composition en acides gras de leur couche de graisse sous cutanée (biopsie). La pêche s'effectue surtout de nuit, à des profondeurs dépassant parfois 200 m.

REPRODUCTION : Les mâles arrivent début septembre pour prendre possession des territoires où ils constitueront leur harem (une dizaine de femelles) au prix de luttes. La mise-bas débute fin novembre. Les femelles sont ensuite fécondées par les mâles. Elles allaitent le jeune pendant 17 semaines d'un lait extrêmement riche en matières grasses. Puis après le sevrage (avril) elles repartent en mer>

COMPORTEMENT : Contrairement aux phoques, les otaries peuvent se dresser sur leurs nageoires et courir. Cette attitude ainsi que celle consistant à faire la toilette de leur pelage leur confère une ressemblance marquée avec les mammifères terrestres. Les jeunes, en l'absence de leur mère, font l'apprentissage aquatique et social dans des sortes de piscines (vasque rocheuses remplies d'eau de mer) en jouant avec leurs congénères.